Carnet Spirituel n°56
 : La Paix du disciple

Éditorial

Les textes rassemblés dans ce carnet datent pour la plupart de 1953 ! Il était alors prieur du couvent du Havre. Le père prêchait une retraite à des dames, ce qui explique certaines allusions, mais chacun de nous saura en faire l’application à lui-même. Nous y avons ajouté quelques autres textes plus ou moins élaborés sur le même thème, qui complètent bien ce que le Père voulait enseigner sur cette paix promise par Jésus-Christ, cette paix qui est un fruit du Saint-Esprit et qui est accordée à tous ceux qui se confient à la Sagesse de Dieu plus qu’à eux-mêmes, à leurs impressions, à leurs sentiments… 

La paix est le fruit propre de la charité, mais beaucoup la cherchent ailleurs que dans celle-ci et ne la trouvent pas… La paix que certains cherchent en eux-mêmes et dans la satisfaction de leurs passions, et qu’ils croient y trouver parce qu’ils ne regardent jamais le fond de leur âme, et n’écoutent pas leur conscience. Saint Thomas d’Aquin traite précisément de la fausse paix du pécheur, celle où le pécheur n’est pas l’ami mais l’ennemi de lui-même

Tous désirent la paix, la tranquillité de l’ordre, mais le malin est habile pour maquiller le désordre essentiel dans lequel il s’est lui-même enfermé : celui du refus d’aimer.

Dieu est charité, et ses amis sont bienheureux, établis dans sa paix.

Bonne et sainte lecture à tous les disciples de la paix dont Dieu est le maître. 

Abbé Michel Simoulin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *