Carnet spirituel n° 33

La sainteté (1ère partie) - juin 2012

      Éditorial
     
      Le 25 mars 1960, les évêques italiens publièrent une lettre collective sur le laïcisme (Osservatore Romano du 15 avril 1960).
     
      En visite à Rome au mois d’avril et reçu par le pape Jean XXIII, Mgr Pirolley, évêque de Nancy, rapporta le fait suivant : « Dans l’audience personnelle qu’il daigna m’accorder le 25 avril dernier, lors de notre pèlerinage, Jean XXIII, à propos du « laïcisme », me fit le plus chaleureux éloge de la lettre que venaient de publier les évêques d’Italie, me la recommandant en fait comme une norme de pensée, de jugement et d’expression en une matière aussi complexe et confusément autant que passionnément débattue ».
     
      La documentation catholique en publia une traduction le 15 mai 1960. Ce texte à lui seul mériterait d’être à nouveau publié, car il traite avec clarté de ce que Pie XI ne craignait pas de nommer « la peste de notre époque » (Quas primas), jugement contredit à peine cinq années plus tard par les décrets du Concile Vatican II sur l’Eglise et le monde.
     
      C’est à partir de cette lettre que le Père développe ses enseignements à propos de la sainteté, dont nous publions aujourd’hui la première partie.
     
      Il n’y a pas, en effet, de meilleure réponse à faire à cette peste du laïcisme, qui prétend organiser le monde sans Dieu, que la sainteté des baptisés, cette sainteté que nous compliquons trop souvent, et qui n’est rien d’autre qu’ « une disposition du cœur qui nous rend humbles et petits entre les bras de Dieu, conscients de notre faiblesse et confiants jusqu’à l’audace en sa Bonté de Père, » selon Ste Thérèse de l’Enfant-Jésus, la « petite » Thérèse comme nous aimons la nommer, petite comme notre « Jehanne » d’Arc, deux petites saintes auxquelles Rome a confié de garder la France. Deux enfants chargées de sauver l’âme de la France.
     
      Bernanos, dans un texte étonnant, fait dire par un « brave agnostique » cette sentence que n’aurait pas démentie Ste Thérèse : « Le monde va être jugé par les enfants. L’esprit d’enfance va juger le monde. » Ces enfants, ce sont les saints, selon le grave avertissement de Jésus-Christ : « Si vous ne vous convertissez pas et ne redevenez semblables à de tout petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux. »
     
      Et c’est aux Apôtres que Jésus-Christ avait promis de les faire asseoir « sur douze trônes pour juger les douze tribus d’Israël ».
     
      Or le laïcisme prétend faire de l’homme un adulte, enfin libéré des contraintes de la religion, « libre » de déterminer lui-même le bien et le mal, et de choisir sans référence à quelque loi supérieure autre que son bon plaisir. Nous avons sous les yeux les fruits de cette liberté: ils éclatent sou nos yeux en toutes sortes de barbaries jusque dans nos cités.
     
      « Le monde doit tout ce qu’il a de meilleur à l’Église », disait le Père, et doit tout ce qu’il a de pire au laïcisme dont le père est Satan, l’ange sans dieu ni maître.
     
      Ce sont les saints qui sauveront le monde, et ce sont les enfants qui le jugeront selon l’esprit qui dominera en lui, celui de l’enfance ou celui du refus.
     
                        Abbé Michel Simoulin

RETOUR AU CATALOGUE